Devenez bénévole chez Frères de nos Frères

Le bénévolat est considéré comme une contribution en temps et services fournis par des individus chaque mois chaque année.

Les bénévoles de FdnF sont très fidèles. Il y a en principe deux groupes de bénévoles: ceux qui sont présents toute l’année et qui participe à des réunions regulières, et ceux qui font du bénévolat une ou deux fois par an à nos évènements.

Si vous voulez en savoir plus, consultez les témoignages ci-dessous. Joignez-vous à notre équipe !

Solange De Watteville

Témoignage et petite interview

Bonjour Solange de Watteville ! Vous êtes actuellement chargée de gestion de projets à l’Association Frères de nos Frères. Pouvez- vous nous dire depuis quand vous exercez cette activité ?
– Je suis arrivée à Frères de nos Frères (FdnF) environ vers 1995 au moment où j’ai quitté mon emploi d’assistante de médecin quand mon mari a pris sa retraite. Je souhaitais exercer une activité caritative.

Quels ont été les moments les plus marquants ?
– Au début, j’ai surtout observé et appris le fonctionnement de l’association et comment gérer les rapports des partenaires dans un anglo-indien souvent pas facile à comprendre. Puis on m’a confié un premier projet dont j’avais pu obtenir un financement de la FGC (Fédération Genevoise de Coopération). Avec une collègue nous sommes allées les visiter et cela a été ma première rencontre avec les villages indiens, les partenaires et la vie si colorée de l’Inde. Ce fut le coup de foudre pour ce grand pays si attachant malgré la misère des paysans pauvres et des bidons villes. Depuis, j’y suis bien retournée 8 ou 9 fois. Je garde un souvenir lumineux d’avoir une fois participé à une grande fête paysanne dans des villages de l’Orissa (Odisha) où annuellement les paysans se rassemblent pour échanger nouvelles, semences et défiler dans les villages pour promouvoir l’agriculture durable.

Une autre fois nous visitions des partenaires dans le golfe du Bengale dans les Sunderbans . Ils venaient en aide aux très pauvres qui cultivaient le riz et élevaient des grosses crevettes dans la mangrove malgré les inondations régulières et d’énormes crocodiles qui s’attaquaient aux femmes et aux enfants. Que ces gens sont courageux…surtout les femmes. Quelle leçon pour nous si privilégiés….
De même j’ai aussi visité des partenaires dans le sud de l’Egypte qui venaient en aide près d’Assiut aux victimes d’accidents de graves brûlures provoquées par leur réchaud à kérosène ou à gaz.
Au Pérou aussi j’ai rencontré des gens remarquables qui ont consacré toute leur vie à arracher des enfants à la drogue et à la violence des rues de Lima.
Le plus beau cadeau que m’ait fait FdnF c’est d’avoir rencontré des personnalités hors du commun dont le dévouement est un exemple.

Quelles sont les difficultés pour un bénévole ?
– Je pense que pour chacun c’est différent. Souvent les grandes ONG qui ont des employés permanents nous considèrent comme des amateurs. Pourtant moi je pense qu’une personne qui travaille régulièrement depuis 20 ans dans une Association acquiert une expérience du terrain aussi valable qu’une professionnelle qui souvent change d’emploi…
Le bénévole doit trouver régulièrement du temps à consacrer à son engagement malgré la vie active qui continue, c’est un choix personnel.

Pourquoi continuer ?
– Les visites de terrain renforcent notre énergie, ces gens ont tant besoin d’aide, leur vie est si difficile, c’est bien difficile de les laisser tomber tant qu’on peut leur être utile !

Frédérique Cornioley

Je suis arrivée chez FdnF en 2011.

Véronique Fleury

J’ai rejoint les autres bénévoles de FdnF en 2010 après ma retraite.

Pin It on Pinterest