Au Burkina Faso, l’un des pays les plus pauvres de la planète, le nombre d’enfants inscrits à l’école primaire a passé en quinze ans de 54 à 94 %. Les diverses actions entreprises par l’Etat et ses partenaires (construction d’écoles, formation d’enseignants, fournitures scolaires gratuites) ont permis ce développement, mais les problèmes ne manquent pas…  En effet, les classes sont surchargées, les locaux sont mal équipés : nombreuses salles de classe sont sous abris précaires, du mobilier est manquant (enfants assis à même le sol) et L’accès à l’eau est difficile ou inexistant, d’où divers problèmes de santé et d’hygiène.

Depuis 2004, l’association Graine de Baobab (www.grainedebaobab.org) conduit des projets de développement durable au Centre-Est du pays, en milieu rural. Graine de Baobab (GdB) s’engage pour favoriser l’accès à l’éducation, à l’eau, à la santé, à l’alimentation et à des revenus dans le but de sortir ces populations de l’extrême pauvreté. Actuellement, GdB soutient 45 écoles primaires et 1collège (plus de 10.000 élèves) par la construction de salles de classes et de latrines, la réalisation de forages, de jardins scolaires, et l’achat de mobilier scolaire. GdB mène également des actions éducatives dans le domaine de l’hygiène, de la santé reproductive et d’un appui au jardinage. Une bibliothèque animée par 2 bibliothécaires favorise en outre l’accès à la lecture. Chaque nouveau projet est discuté avec l’inspecteur, l’association des parents d’élèves, le directeur de l’établissement, et les enseignants.

Durant la première vague du Covid, les écoles ont été fermées de mars à juin 2020, ce qui a occasionné du retard dans les apprentissages, les élèves n’ayant pas ou peu reçu d’aide (enseignement à distance impossible car parents illettrés). Dès la rentrée, le corps enseignant s’est mobilisé pour combler au mieux ces lacunes.

« Fdnf est un partenaire important pour Graine de Baobab, puisque depuis 2011, il a contribué à la construction de 4 écoles primaires et d’1 collège. En ce début 2021, le chantier d’1 nouvelle école à Bassaré a pu démarrer grâce à Fdnf et d’autres bailleurs de fonds pour la plus grande joie du village. Les conditions d’enseignement sont particulièrement difficiles : classes sous abris précaires et enfants assis à même le sol. Au nom des élèves, des parents et des enseignants, GdB remercie Fdnf pour son précieux et fidèle soutien.  – Eliane Longet, Présidente de Graine de Baobab »

 

 

Pin It on Pinterest