Marc Giordan de Inter Aide (notre partenaire) nous écrit à propos de l’impact de la covid-19 sur les projets  :

“Dans les 6 pays d’intervention d’Inter Aide (Malawi, Mozambique, Sierra Leone, Haïti, Ethiopie et Madagascar), l’âge médian est de 17 ans et la proportion des plus de 65 ans est inférieure à 3%. Cette situation démographique, alliée à un habitat diffus en zone rurale, explique probablement pourquoi le nombre de cas graves attribuables à la Covid-19 est encore très faible aujourd’hui. En revanche, les mesures de distanciation sociales prises ont déjà des répercussions fortes sur la vie économique et les échanges, y compris en zone rurale et viennent aggraver la situation des familles les plus précaires. Nous sommes particulièrement inquiets des risques pour la santé des jeunes enfants car les programmes vaccinaux (comme pour la rougeole) ont été interrompus dans plusieurs pays. On peut également redouter recrudescence des décès par paludisme en l’absence d’accès aux traitements.

Les activités menées par Inter Aide se maintiennent à peu près partout. En matière d’accès à l’eau, nous restreignons les groupes de sensibilisation et mettons l’accent sur le lavage des mains et l’importance des mesures barrières. Les programmes de santé tentent de maintenir l’ensemble de leurs actions et notamment l’accès aux traitements anti paludéens.

Dans ce contexte particulier, les actions menées par Inter Aide (santé, agriculture et accès à l’eau) revêtent une importance encore plus forte. Cependant, nous redoutons une aggravation de la situation en 2021 puisque plusieurs entreprises nous ont fait savoir que l’appui de leurs Fondations serait en baisse. Ce mouvement de ciseaux (hausse des besoins, baisse des financements) nous pousse à redoubler d’efforts pour trouver de nouveaux appuis financiers.”

Pin It on Pinterest