Extrait de notre Bulletin de mars 2018

En novembre 2017 deux de nos bénévoles sont allées en Inde visiter des associations partenaires.

HSP, Howrah South Point, projet 332

Arrivées à Calcutta ce matin 7 novembre 2018, nous allons rendre visite à notre partenaire de longue date, le Père François Laborde (un des inspirateurs du livre “la Cité de la Joie” de D. Lapierre) et aux collaborateurs du projet HSP. Depuis presque 50 ans, le Père Laborde, qui vient de fêter ses 90 ans, se consacre aux plus pauvres des bidonvilles de Calcutta où il habite lui-même.

Il concentre particulièrement ses actions sur l’amélioration de la vie des enfants, handicapés ou affamés, en fondant des dispensaires, des foyers en ville ou à la campagne et ouvrant des écoles si nécessaire. L’action de Howrah South Point (HSP) est multiple et exemplaire.

Actuellement Frères de nos Frères, après l’avoir partiellement construit, soutient à 200 Km au nord de Calcutta un foyer école destiné à des enfants sains de parents lépreux, rejetés par leur communauté villageoise. Nous  consacrons notre visite à une rencontre avec toute l’équipe qui anime cette fondation ; les nouvelles sont bonnes, “notre” école, visitée lors d’un précédent voyage, fonctionne bien ; la discussion porte sur les problèmes financiers de l’oeuvre. Comme partout, la mondialisation provoque une forte hausse des prix en Inde. Puis, nous visitons plusieurs foyers à Calcutta, ainsi qu’une maisonnette où sont suivis des habitants du bidonville du pont de Howrah. Partout nous sommes frappés par la bonne tenue des locaux, les grands sourires des bénéficiaires et de leurs animateurs et une atmosphère d’amour et de paix malgré la lourdeur des cas traités. Le Père Laborde, homme remarquable, nous émeut par son humilité. Son amour des pauvres est intact. “Ils m’ont tout appris”, nous dit-il.(1)

(1) Lire le récit de sa vie : « J’ai rencontrà Jésus dans les slums »

 

SANGRAMI projet 334

Le lendemain, voyage en train vers le sud pour Balassore, ville de l’état de l’Odisha, où nous visitons Sangrami, petit partenaire qui travaille pour améliorer les conditions de vie des tribaux. Il a fondé une école primaire que nous soutenons depuis 2012. Dans l’espoir que l’école devienne partiellement autonome, un bâtiment a été construit dans le jardin pour abriter un élevage de chèvres et un atelier de confection de cordes. L’accueil des 75 enfants et de leurs maîtres est chaleureux et le bâtiment est en bonne voie d’achèvement. L’après-midi nous visitons des villages où le directeur Mr Ranjan espère implanter un projet d’activités pour les femmes très pauvres et un autre d’instruction complémentaire (anglais et informatique) pour les jeunes au chômage.

BSSS, BALASSORE SOCIAL SERVICE SOCIETY, projet 347

Le jour suivant, nous accompagnons le Père JoJo, directeur de BSSS, dans des villages éloignés où nous attendent patiemment des groupes de femmes, Dalits ou tribales, bénéficiaires de programmes comme l’amélioration des cultures du riz, l’introduction du lombric-compost et de nouvelles semences de tubercules ou lentilles pour la période sèche, ou de plantations de papayes. Les petits paysans n’ont pas les moyens d’irriguer en dehors des mois de mousson et une récolte annuelle ne nourrit pas la famille. Sans ces techniques nouvelles, ils deviennent esclaves des grands propriétaires ou des prêteurs locaux. 

Les femmes nous racontent leurs succès : un petit capital leur permet de développer de nouvelles activités individuelles ou en groupes et d’envoyer leurs enfants à l’école. BSSS a introduit des classes d’éveil et de rattrapage qui permettent aux enfants de suivre la scolarité, bien que leurs parents soient souvent analphabètes. Nous allons ainsi de villages en villages, admirant le courage, la dignité et l’inventivité de ces femmes qui luttent contre des conditions de vie extrêmement difficiles. Nous sommes convaincues par l’efficacité de notre partenaire.

 

ABLE projet 337

Nous repartons en train le long du golfe du Bengale pour atteindre la région de Cuttack et rencontrer ABLE, organisation partenaire que nous avons accompagnée dans un projet de petites formations techniques (électronique, photo, couture,…) pour des jeunes non qualifiés qui maintenant ont pour la plupart trouvé du travail. Nous soutenons actuellement, dans une région proche, un autre projet pour des paysans Dalits et tribaux, émigrés du Bangladesh sur des terres à l’abandon au bord de la mangrove et parfois envahies par les grandes marées de la mousson et les crocodiles. Cette visite nous laisse une forte impression. Les femmes sont seules dix mois par an car les hommes vont louer leur force de travail sur des chantiers et ne reviennent que pour planter l’unique récolte de riz. ABLE les aide dans le même esprit que BSSS et souhaite étendre son activité aux villages voisins , la pêche, l’élevage de poulets ou de chèvres permettant d’améliorer leurs conditions de vie. 

 

SPEECH, projet 371

Dans la région de Madras, près de la ville de Nellore, nous rejoignons enfin un nouveau partenaire pour lequel nous avons financé la construction de huit puits. SPEECH travaille comme nos précédents partenaires dans des villages tribaux (populations hors castes qui vivaient dans les forêts) ou Dalits (intouchables). Ces populations ont chacune leurs villages. Les Indiens refusent souvent de les laisser prendre l’eau de leurs puits, c’est pourquoi forer des puits est pour eux capital. SPEECH, qui les accompagne également pour améliorer l’agriculture et introduire de petits élevages, nous demande de financer des classes de rattrapage scolaire pour les enfants. 

Après ces 15 jours de visites et la tête encore pleine des magnifiques images de ces villages colorés et de leurs habitants chaleureux, nous revenons plus convaincues que jamais de l’importance du soutien que Frères de nos Frères peut apporter à ces populations déshéritées et courageuses.

Josette Tapponier et Solange de Watteville

Pin It on Pinterest