Le 15 mars 2020, comme ici en Europe, confinement général, fermeture des écoles, des chantiers, des commerces… Marica, soutenue par le personnel des écoles privées, assure 2 mois de rations alimentaires pour 150 familles laissées sans ressources, tandis qu’élèves et parents apportent leur aide à l’ONG humanitaire, Goonj.

En juin, les petites écoles privées, dites « budget schools », ne peuvent pas reprendre leurs activités. Selon la presse indienne, fin décembre 2020, 2.000 d’entre elles ont dû fermer et d’autres vont suivre.

Marica High School n’a pas encaissé de frais de scolarité en 2020. Les parents veulent une école « en présentiel ». Les enseignantes s’organisent pour que chaque village où habite au moins un de leurs élèves dispose d’une tablette. Elles garantissent 2 sessions d’enseignement par jour, prodiguent des conseils aux mères et aux enfants, organisent leçons, devoirs et contrôles. La journée commence à 6h30 et se termine à 21h. Les 27 tablettes dont dispose Marica sont des points de rencontre culturelle où chaque enfant peut venir participer à la leçon du jour. Les enfants s’adaptent très vite, mais l’absentéisme fait toutefois problème. Seulement la moitié d’entre eux bénéficie de cette nouvelle méthode d’enseignement à distance. La crise Covid aura brutalement accéléré leur utilisation.

Marica School a pu s’adapter à cette situation grâce aux dons qui lui ont permis d’acheter le matériel nécessaire. Elle remercie FdnF qui a contribué à lui en donner les moyens.

Pin It on Pinterest